Un chaton tombé de 16 mètres dans un puits sauvé par les pompiers de Dordogne et baptisé “Miracle”

Les pompiers du GRIMP, spécialisés dans les interventions en milieu périlleux, sont intervenus à Jumilhac-le-Grand ce mardi 23 mai pour sauver un chaton miraculé après une chute de 16 mètres au fond d’un puit. Sa propriétaire l’a renommé “Miracle”.

Le petit "Miracle", trois mois, est tombé à une profondeur de 16 mètres dans un puit ce mardi 23 mai à Lanouaille.
Le petit “Miracle”, trois mois, est tombé à une profondeur de 16 mètres dans un puit ce mardi 23 mai à Lanouaille. – Sdis24

Sa propriétaire a décidé de l’appeler “Miracle”, tant il a eu de la chance. Ce mardi 23 mai, les pompiers spécialisés dans les sauvetages en milieu périlleux ont sauvé un chaton tombé au fond d’un puits à 16 mètres de profondeur. Les riverains l’avaient entendu miauler et prévenu les secours et les pompiers de Lanouaille. Le petit chat de trois mois était visiblement là depuis plusieurs jours.

“Les sapeurs-pompiers locaux ne pouvaient pas faire le sauvetage vu la configuration des lieux, alors ils nous ont appelé”, raconte Patrick Hautefort, le chef d’unité de l’équipe GRIMP qui est allée sauver le chaton. Les sauveteurs, spécialisés dans les interventions en milieu périlleux, sont descendus en rappel avec cordes, baudriers et mousquetons.

Quatre équipiers du GRIMP sont intervenus pour aller chercher le chaton à 16 mètres de profondeur.
Quatre équipiers du GRIMP sont intervenus pour aller chercher le chaton à 16 mètres de profondeur. – Sdis24

Réfugié sur un rebord de pierre

“On a fait une reconnaissance avec un équipier sur corde. Par miracle, le chaton était bloqué sur une pierre sur un renfoncement, ça a permis de le récupérer dans un pas trop mauvais état, on l’a remonté dans un sac”, raconte le lieutenant : “Il a pu se sortir de l’eau qu’il y avait dans le puit pour se réfugier sur le petit rebord. C’est ce qui lui a sauvé la vie”.

La propriétaire a récupéré son chaton et comme elle ne lui avait pas encore donné de nom, elle a décidé de l’appeler “Miracle” : “Il avait les yeux ouverts, mais il était fatigué. C’est vrai, c’est un miraculé”, sourit Patrick Hautefort. Ce n’est pas le premier chaton qu’il a sauvé dans sa carrière, loin de là. Le chaton a été emmené chez le vétérinaire, pour vérifier que tout allait véritablement bien.

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *