Un petit garçon de 5 ans porte le cercueil de sa petite sœur pour lui dire adieu pour toujours

Un garçon de 5 ans tenait à sa petite sœur comme à la prunelle de ses yeux et il se sentait responsable d’elle. Il ne manquait jamais une occasion pour l’étreindre et tous s’accordaient à dire que leur amitié était sincère. Malheureusement, les choses allaient bientôt prendre une tournure dramatique.

Perdre un être cher n’est pas un événement anodin. Cela change souvent les gens de manière inattendue. La tragédie et la douleur laissent souvent une trace indélébile et un immense vide se créé au plus profond de la personne.

On s’habitue à ce vide, et si à certaines occasions, les souvenirs peuvent être plaisants, à d’autres moments, ils sont bien difficiles à supporter.

Vivre, c’est avoir la capacité de faire face aux moments de joie, mais aussi aux peines. Les épreuves et les tribulations nous rendent plus forts. Mais pour continuer son chemin sereinement, il est utile de savoir quand s’accrocher, et quand est-ce qu’il faut lâcher prise. Continuer à lire pour en savoir davantage.

LES COLLARD

Meagan et Laurence Collard étaient les heureux parents de deux petits garçons, Cayden et Franklin. Leur maison était un sanctuaire pour leurs enfants. Épanouis, ces derniers ne cessaient de faire du bruit, pour le plus grand bonheur de leurs parents.

Ceux-ci étaient ravis de changer les couches, de nourrir les bouts de choux ou de régler les petits différents qui ne manquaient jamais de surgir dans cette fratrie.

Originaire de l’ouest de l’Australie, ce couple avait accueilli la parentalité à bras ouvert. Leurs enfants étaient des trésors pour eux. À mesure que ces derniers grandissaient, le désir d’avoir un autre enfant s’est imposé à eux. Un désir qu’ils n’ont pas tardé à concrétiser.

Meagan est tombée enceinte. Le couple était très heureux. En apprenant qu’elle allait avoir une fille, les Collard n’arrivaient pas à cacher leur joie. Ils ont alors fait du shopping pour préparer la chambre du bébé. Ils avaient décoré la maison pour qu’elle puisse accueillir cette nouvelle vie.

BIENVENUE DANS LE MONDE, PETITE FILLE

Cayden et Franklin n’avaient pas hésité à donner un coup de main. Ils ont aidé leurs parents à choisir les vêtements pour la petite princesse. Au mois de juillet 2017, la petite fille avait enfin poussé son premier cri pour le plus grand soulagement de tous les membres de la famille. Le petit ange avait été baptisé Piper Winifred.

La joie et le bonheur étaient au rendez-vous, tous se réjouissaient de cette naissance. La fillette était une enfant pleine de vie, qui dormait et mangeait bien, son développement faisait plaisir à voir. Ses grands frères étaient irrémédiablement tombés amoureux d’elle. Une chose est certaine, Winifred complétait la famille à merveille.

La perfection n’étant pas de ce monde, la vie de la petite famille n’allait pas tarder à être bouleversée. En mai 2018, Winifred avait fait un malaise et s’était mise à vomir. Les parents avaient d’abord pensé à une gastro, mais la température de la fillette avait commencé à monter de manière inquiétante, ce qui avait obligé les parents à consulter un généraliste.

Supposant qu’il s’agissait d’une infection de l’oreille, le médecin avait prescrit des antibiotiques. Peu de temps après, Meagan l’avait ramené à l’hôpital, cette fois, on lui avait parlé d’un virus. Un mois plus tard, Winifred n’allait toujours pas mieux, elle vomissait toujours. Mais ce n’était pas la seule chose qui inquiétait Meagan.

En effet, elle avait remarqué l’apparition d’une bosse dure sur le ventre de sa fille, du côté droit. Elle avait alors pris la décision d’aller consulter un généraliste qui, avec l’aide de ses collègues, avait diagnostiqué que le foie du bébé était gonflé.

UN DIAGNOSTIC DÉCHIRANT

Winifred avait été admise à l’hôpital et les médecins avaient ordonné une prise de sang et une batterie de tests. Les spécialistes de la santé avaient dit à Meagan que l’hypertrophie du foie pouvait être due au VIH, à l’hépatite ou au cancer.

Meagan avait rapidement éliminé les deux premières possibilités puisqu’elle avait subi les tests durant sa grossesse, et les résultats s’étaient révélés négatifs.

Elle était effrayée par la troisième option, mais comme il lui tenait à cœur de n’alarmer ni son mari ni le reste de la famille, elle avait décidé de garder cette nouvelle pour elle. Le lendemain, les résultats étaient plutôt inquiétants, ce qui avait conduit Meagan à amener Winifred à l’hôpital pour enfants.

Après que Laurence eut rejoint sa femme à l’hôpital, Winifred avait été soumise à d’autres tests, notamment des scanners. On leur avait attribué une chambre dans le service d’oncologie. Quelques heures plus tard, les médecins avaient annoncé aux Collard que leur petite fille était atteinte d’un neuroblastome.

PROLONGEMENT DU TRAITEMENT

Le neuroblastome est un cancer rare qui atteint principalement les nourrissons. Les scanners avaient révélé que le cancer de Winifred était au stade 4 de son développement. Non seulement la glande surrénale du bébé était atteinte, mais son foie, sa cavité thoracique, son abdomen et ses ganglions lymphatiques présentaient aussi des anomalies.

Les Collard ne savaient pas si leur petite princesse avait une chance d’aller mieux ni durant combien de temps elle allait être sous traitement. Après une biopsie réalisée sur l’une des tumeurs, les médecins avaient décidé de commencer par une chimiothérapie.

Quelques semaines après le début du traitement, les nouvelles n’étaient pas bonnes. Les parents avaient découvert que le risque de perdre leur fille était élevé. En plus de la chimiothérapie, la petite fille avait dû subir une intervention chirurgicale, une greffe de cellules souches, de la radiothérapie et de l’immunothérapie.

Tous ces traitements avaient d’importants effets secondaires, allant des vomissements à la perte de poids en passant par la diarrhée et des plaies dans la bouche. En outre, c’étaient des traitements longue durée.

RELEVER LES DÉFIS

Pendant la maladie de leur fille, Laurence et Meagan devaient être sur de nombreux fronts en même temps. Il fallait non seulement accompagner Winifred à ses séances de chimio, mais il y avait aussi le travail et les garçons à gérer. Meagan avait du mal à être présente pour ses fils et à s’occuper de sa fille.

La mère de famille a confié qu’à l’époque, elle avait manqué de nombreuses occasions spéciales avec ses garçons. Elle se sentait tiraillée entre ses enfants et ne voulait pas les décevoir. Elle ne voulait pas non plus qu’ils aient l’impression d’être traités différemment. Toutefois, la santé de Winifred était prioritaire.

La situation est devenue encore plus compliquée quand le bébé a subi une greffe de cellules souches. Elle avait été maintenue en isolement pendant quatre semaines. Pendant cette période, elle n’avait pas eu de contact avec ses frères aînés.

De leur côté, Cayden et Franklin ne manquaient pas une occasion pour supplier leurs parents de les amener voir leur sœur. Il était évident qu’elle leur manquait beaucoup.

SON ÉTAT N’A FAIT QU’EMPIRER AVEC LE TEMPS

Heureusement, le jour de Noël 2018, Winifred avait été autorisé à retrouver ses frères. Ils étaient tous ravis de passer les fêtes en famille. Cependant, cette euphorie ne fut que de courte durée. En effet, malgré les traitements, la petite fille n’allait pas mieux. Les Collard étaient constamment inquiets.

Meagan se souvient qu’à l’époque, elle était constamment épuisée. Elle ne tenait debout qu’en se gavant de Red Bull et de café. La mère de famille essayait de jongler entre l’école de son fils aîné et les journées passées à l’hôpital avec les deux derniers. La situation se compliquait davantage quand Cayden n’avait pas école.

L’état de Winifred est devenu critique vers mars 2019. Elle se sentait malheureuse, perdait du poids et était toujours de mauvaise humeur. Les médecins ont dit aux Collard que c’était dû à l’immunothérapie. Mais Meagan n’en était pas convaincue.

UNE NOUVELLE DÉVASTATRICE

En mai 2019, le comportement de Winifred avait changé. La petite fille pleurait constamment et refusait de marcher. Elle se tenait souvent le ventre en criant de douleur. Durant cette période, la fillette avait perdu une de ses amies. Celle-ci avait fait une rechute, mais le plus marquant, c’est que les médecins n’avaient pas voulu écouter sa mère.

Meagan faisait le maximum pour ne pas paniquer, mais il lui était difficile de garder ses doutes à distance. Le 8 juin, pendant qu’il faisait des câlins à l’enfant, Laurence avait remarqué une énorme bosse sur son nombril. Ses yeux avaient pris une teinte jaune pâle. Les Collard avaient préféré ramener la petite fille à l’hôpital.

Les scanners avaient révélé que le cancer s’était propagé, les tumeurs étaient de plus en plus nombreuses. Meagan était furieuse parce qu’elle avait essayé d’alerter les médecins, mais ces derniers n’y avaient prêté aucune attention et l’avaient renvoyé chez elle.

Pour venir en aide à leur fille, les Collard avaient décidé de l’emmener à l’étranger afin de participer à des traitements expérimentaux. Ils espéraient ainsi contrer l’avancée de la maladie. Malheureusement, on leur avait révélé que le foie de la petite fille était trop endommagé, ce qui impliquait qu’elle ne pouvait pas avoir accès à ces essais.

Meagan et Laurence n’avaient d’autre choix que de s’en remettre à la chimiothérapie. Ils espéraient commencer les essais quand le foie aurait commencé à fonctionner normalement. Au début, les choses se passaient bien, mais au fil des jours, la fonction hépatique du bébé n’avait cessé de décliner.

L’EFFONDREMENT

Les Collard étaient rentrés chez le 17 juin. On leur avait conseillé d’attendre, il restait une possibilité que la chimio fonctionne. Le couple avait pris la décision d’expliquer à leurs aînés ce que leur petite sœur endurait et qu’il était possible qu’elle aille au paradis.

Cayden, qui avait déjà 5 ans, avait immédiatement demandé à ses parents de chercher un nouveau médecin ou de lui préparer une soupe qui lui permettrait d’aller mieux. Mais un fil du temps, il avait fini par comprendre que rien ni personne ne pouvait l’aider.

Deux jours après son retour de l’hôpital, Winifred s’était réveillée de bonne humeur, elle voulait manger et s’amuser avec ses frères. Elle semblait heureuse. Seulement, à 17 h 30, elle avait commencé à vomir du sang. Meagan avait immédiatement l’infirmière à domicile, qui avait ensuite appelé le médecin.

UN ADIEU DÉCHIRANT

Le médecin n’avait laissé aucun espoir à Meagan, il lui avait dit qu’il pouvait seulement soulager la douleur de la fillette. Laurence était arrivé à la maison juste à temps pour câliner sa petite fille pour la dernière fois. À 21 h 14, la petite Winifred avait rendu son dernier souffle. Ce moment douloureux est resté à jamais gravé dans l’esprit du couple.

Le plus difficile pour les parents avait été d’expliquer les choses à leurs fils. Cayden etFranklin avaient câliné leur petite sœur une dernière fois et lui avaient dit au revoir. 18 jours avant son second anniversaire, les Collard avaient dû dire adieu à leur petite fille. Meagan garde un souvenir très vif de cette journée :

“Il y a quelque chose dans le fait de voir votre enfant de 5 ans porter un tout petit cercueil quivous brise le cœur et vous rend si fier en même temps. Il tenait toujours sa petite sœur dans sesbras, et c’était la dernière fois qu’il pouvait le faire.”

VIVRE AVEC LA DOULEUR

Les Collard ont continué à faire leur deuil, mais ils savaient qu’ils devaient rester forts pour leurs garçons. Cayden et Franklin s’ennuyaient de leur sœur et souffraient à leur manière. Chaque fois qu’ils voyaient une petite fille, Meagan et Laurence se souvenaient de leur belle fille au paradis.

La perte de Winifred a changé les Collard de plusieurs façons. Le couple a déclaré qu’il ne prenait plus les choses pour acquises et qu’il vivait pleinement chaque jour. Plus important encore, Meagan a réalisé le peu de sensibilisation, de financement et de soutien qui existait autour du cancer infantile.

Quelle histoire incroyablement touchante de perte, d’amour, de survie et d’espoir ! Partagez cette histoire avec vos proches et participez à la sensibilisation au cancer. N’oubliez pas de nous faire part de vos réflexions et de vos commentaires.

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *