Un concierge adopte un bébé qu’il a trouvé sur une piste d’atterrissage, sa mère réapparaît le jour de son 18e anniversaire – Histoire du jour

En nettoyant la piste, un pauvre concierge est tombé sur un bébé abandonné dans une poussette et l’a adopté. Mais 16 ans plus tard, le jour de son 18e anniversaire, les choses se sont compliquées lorsque sa mère est apparue sur le pas de sa porte et a exigé de le récupérer.

Henry, 41 ans, était veuf et père de quatre enfants. Il travaillait comme concierge à l’aéroport pour subvenir à leurs besoins. Comme ils vivaient au jour le jour, l’argent se faisait parfois rare, et Henry avait du mal à joindre les deux bouts.

Heureusement, ses collègues avaient la gentillesse de donner les vêtements et jouets usés de leurs enfants à ceux d’Henry. Leurs épouses envoyaient également de la nourriture de temps à autre. Comme Henry refusait d’accepter l’argent qui lui était offert, ils ont trouvé d’autres façons de l’aider.

À des fins d'illustration uniquement. | Source : Unsplash

Un jour, Henry balayait la piste après l’atterrissage d’un vol lorsqu’il est tombé sur une poussette abandonnée. Il s’est arrêté dans son élan pour l’inspecter et y a trouvé une fille, qui semblait avoir environ deux ans, dormant calmement à l’intérieur.

“Comment quelqu’un a-t-il pu être aussi inconscient et laisser son enfant ici ?” s’est-il demandé en regardant autour de lui. Il n’y avait pas l’ombre d’une personne aux alentours, et il se demandait comment les autorités avaient pu louper la poussette sur la piste.

Il l’a poussée doucement vers le bureau de la sécurité, où les autorités ont convoqué les policiers. En attendant, Henry a décidé de retourner au travail. Alors qu’il était sur le point de partir, la fillette s’est mise à pleurer, comme pour le supplier de rester.

“Henry Pate ? Je me nomme Ayleen Morales. Vous avez recueilli ma fille il y a 15 ans, et je suis ici pour la récupérer”.

“Maman ? Où es-tu ?” se lamente la fillette, qui pleure en se bougeant désespérément dans sa poussette, essayant de trouver sa maman dans la foule de l’aéroport.

Henry l’a prise dans ses bras pour la consoler. “Ta maman sera bientôt là ma chérie”, a-t-il dit. “Ne t’inquiète pas”.

A des fins d'illustration uniquement. | Source : Pexels

Finalement, la petite fille a cessé de pleurer, mais elle a continué à chercher sa mère du regard. Les yeux d’Henry, eux aussi, étaient fixés sur la foule, mais il n’a pas vu de femme s’approcher d’eux.

Quelques minutes plus tard, les policiers sont arrivés et une annonce a été faite au sujet de la fille perdue, mais aucune femme n’a signalé la perte de son enfant. Lorsque les policiers l’ont interrogée sur ses parents, elle n’a pas pu dire grand-chose, si ce n’est le fait que son père était mort et qu’elle vivait avec sa mère.

À ce moment-là, Henry a su qu’il ne pouvait pas laisser la fillette toute seule. En tant que père, il était de tout cœur avec elle. Même s’il savait que ce serait difficile, il a décidé de s’occuper d’elle.

Il a dit aux policiers qu’il avait quatre enfants et qu’il était prêt à s’occuper de la fillette. Les policiers ont d’abord été réticents, mais après avoir contrôlé sa carte d’identité et mené une petite enquête, ils l’ont autorisé à emmener la fillette chez lui juste pour la nuit. Les services sociaux devaient venir la chercher le lendemain. Henry n’y trouvait pas d’inconvénient.

Sur le chemin du retour, il s’est arrêté à l’épicerie pour acheter de la nourriture et des couches pour la fillette. Une fois chez lui, ses enfants étaient excités à l’idée de la rencontrer. De son côté, elle était également heureuse.

A des fins d'illustration uniquement. | Source : Pexels

Ce soir-là, Henry et ses enfants ont dîné avec la fillette, et l’un d’eux lui a lu des histoires jusqu’à ce qu’elle s’endorme.

Alors qu’elle dormait paisiblement, Henry n’arrivait pas à la quitter des yeux. Il était inquiet de ce qui se passerait si sa mère ne revenait pas. Il savait qu’envoyer la fille dans un refuge serait difficile à vivre pour elle, alors il a commencé à penser à la possibilité de l’adopter. Et le lendemain matin, il avait fait son choix.

Mais quand les services de protection de l’enfance sont arrivés, l’assistante sociale a hésité à lui laisser la fille. Ce n’est qu’après des heures de négociation qu’Henry a réussi à les convaincre de le laisser s’occuper d’elle. Ils ont accepté à une seule condition : qu’il obtienne le statut de parent adoptif et qu’il fasse vérifier ses antécédents, ce qu’il a fait.

Les mois ont passés, et malheureusement, l’enquête de police n’a donné aucun résultat. La mère de la fillette n’a pas été retrouvée, alors finalement, Henry l’a adoptée de manière légale. Il l’a appelé Blessie, car il la considérait comme une bénédiction. Il était loin de se douter de ce qui l’attendait…

A des fins d'illustration uniquement. | Source : Pexels

Henry et ses enfants adoraient Blessie. Les enfants l’ont aidé à changer les couches de la fillette, et ils se sont même relayés pour la nourrir et la baigner. Au fil des jours, Blessie s’est rapidement adaptée à la famille d’Henry.

Le supérieur hiérarchique d’Henry avait augmenté son salaire. Il pouvait désormais mieux s’occuper de ses enfants. Et après quelques années, on lui a offert un meilleur emploi avec un salaire plus élevé. Tout semblait aller pour le mieux dans sa vie jusqu’à ce qu’une personne inattendue frappe à sa porte le jour du 18e anniversaire de Blessie.

Sur le pas de sa porte se tenait une femme visiblement nantie, portant des talons aiguilles étincelants. Henry a ressenti de la peur en remarquant la ressemblance entre cette femme et Blessie.

“Henry Pate ? Je me nomme Ayleen Morales. Vous avez recueilli ma fille il y a 16 ans, et je suis ici pour la récupérer. J’ai besoin de son argent”, a-t-elle dit. Henry se sentait mal, comme si le monde entier s’écroulait autour de lui.

A des fins d'illustration uniquement. | Source : Pexels

“Vous êtes ici pour elle ? Où étiez-vous toutes ces années ? Allez-vous en avant que je n’appelle la police ! Elle n’a rien à voir avec votre argent !”

La femme s’est mise à rire, et Henry a été stupéfait par sa réaction. “Oh, Henry. Ce n’est pas grave. Ne vous énervez pas trop à ce sujet. Écoutez, à cette époque-là, je n’avais pas les idées claires. Je n’étais pas prête pour la maternité… La vie d’une femme ne peut pas se résumer à ses enfants. Maintenant, j’aimerais qu’elle revienne”.

“La récupérer ?” a rétorqué Henry. “Écoutez, madame. Ma fille n’est pas une marchandise que vous pouvez quitter quand vous voulez et venir la réclamer ensuite. Je l’ai recueillie légalement, et elle n’a rien à voir avec vous !”

“Très bien”, dit-elle. “Et si on faisait un marché ? Vous la gardez, et je garde l’argent. Elle doit hériter de 3 millions de dollars de mon défunt mari, et je veux tout ça pour moi. Si elle m’accompagne chez l’avocat pour signer les documents, je vous la laisse. Voici l’adresse en question”, dit-elle en lui tendant une carte de visite. “Rendez-lui visite, et vous saurez….”

A des fins d'illustration uniquement. | Source : Pexels

Henry était choqué.

Heureusement, Blessie n’était pas à la maison quand Ayleen lui a rendu visite, donc les choses se sont arrêtées là, et Ayleen est partie. Mais plus tard dans la soirée, quand Blessie est rentrée, elle a deviné à son visage pâle que quelque chose n’allait pas, et il a fini par tout lui dire.

“Et alors, papa ? Je ne vais nulle part avec elle. Tu es ma famille. Pourquoi l’as-tu supportée ?”

“Oh, je ne sais pas, chérie. Elle ne pensait qu’à l’argent. Il semble que ton père t’ait laissé une énorme fortune, et elle veut s’en emparer. Elle a laissé l’adresse de l’avocat”.

Blessie était en larmes. “Super ! Elle m’a abandonné, et maintenant elle veut l’argent ! Bon, d’accord. Je ne lui donnerai pas un centime de cet argent ! Mais j’irai quand même chez l’avocat….”

A des fins d'illustration uniquement. | Source : Pexels

Blessie voulait en savoir plus sur son père, car elle n’avait presque aucun souvenir de lui, et elle se demandait si l’avocat pourrait l’aider. Le lendemain, elle s’est rendue à son bureau avec Henry, mais la vérité l’a brisée de l’intérieur.

Il s’est avéré que son père, Ronald, était un homme riche et qu’Ayleen l’avait épousé uniquement pour l’argent. Elle n’a jamais voulu donner naissance à Blessie, mais elle a dû faire semblant d’être une bonne mère parce qu’elle voulait profiter de la fortune de Ronald.

Malheureusement, il est décédé dans un accident de voiture peu après le deuxième anniversaire de Blessie, mais avant de mourir, il avait modifié son testament, ce qu’Ayleen ignorait.

Lorsqu’elle a découvert qu’elle ne faisait pas partie du testament et que Blessie recevrait sa fortune à son 18e anniversaire, elle était furieuse. À ce moment-là, elle avait abandonné Blessie et s’était installée à l’étranger avec son petit ami. Elle a décidé d’attendre que Blessie ait 18 ans pour la retrouver, et ce n’est que 16 ans après l’avoir abandonnée qu’elle y est parvenue.

A des fins d'illustration uniquement. | Source : Pexels

“Elle mérite de pourrir en enfer !” Blessie a pleuré en découvrant la vérité. “Je la détesterai toute ma vie ! Elle veut l’argent ? ! Elle n’aura rien….”

Finalement, Blessie n’a pas signé les papiers qui stipulent qu’elle renonce à l’héritage. Elle a finalement reçu tout cet argent, qu’elle a géré avec Henry.

Ayleen n’a pas abandonné, essayant de forcer les choses en les harcelant, mais elle a finalement arrêté quand ils l’ont dénoncée à la police.

“Je suis si heureuse de t’avoir trouvé, papa”, a dit Blessie à Henry un soir. “Peux-tu croire que ma mère est revenue dans ma vie juste parce qu’elle voulait de l’argent ? Je la déteste !”

“Mais tu ne devrais pas”, lui a dit Henry. “Tu vois, les mauvaises choses de la vie nous font réaliser l’importance des bonnes. Si elle n’avait pas été si mauvaise, je n’aurais pas trouvé une fille comme toi. Je t’aime, ma chérie. Je suis si heureux de t’avoir aussi”, a-t-il ajouté tandis qu’ils s’embrassaient affectueusement.

Que pouvons-nous apprendre de cette histoire ?

  • Une vraie mère ne quitterait jamais son enfant, même pas pour des millions. Bien qu’Ayleen ait donné naissance à Blessie, elle n’a jamais été une mère pour elle. En fin de compte, elle a eu ce qu’elle méritait, c’est-à-dire rien.
  • Un cœur qui donne de l’amour reçoit de l’amour. Henry a adopté Blessie et l’a élevée même s’il n’était pas si riche. En grandissant, Blessie a apprécié cela, et elle s’est sentie privilégiée d’avoir un père comme lui.

Partagez cette histoire avec vos amis. Elle pourrait égayer leur journée et les inspirer.

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *