Une grand-mère de 71 ans qui passe 20 heures par semaine à la salle de sport affirme qu’elle se sent mieux qu’il y a trente ans. PHOTO DE DOSSIER.

Une grand-mère qui a commencé à faire de la musculation à l’âge de 59 ans affirme qu’elle se sent mieux et qu’elle a meilleure mine qu’il y a trente ans.
Mary Duffy, 71 ans, originaire du Connecticut, est devenue championne internationale de powerlifting à la soixantaine, après avoir passé une vingtaine d’heures par semaine à la salle de sport.

 

Malgré son âge, elle détient des records du monde en haltérophilie (250 kg), en flexion (175 kg) et en flexion (125 kg) ! Mary a commencé à fréquenter la salle de sport après le décès de sa mère en 2007.
Je me souviens du choc que j’ai ressenti lorsque je me suis regardée dans le miroir et que je me suis dit : “Ce n’est pas moi”.

Elle a perdu près de 15 kilos en un an et son entraîneur personnel Bobby Calabrese lui a suggéré de se mettre à l’haltérophilie. Mary est immédiatement tombée amoureuse de l’haltérophilie et a commencé à participer à des compétitions internationales organisées par l’International Powerlifting Association deux fois par an.


“J’ai perdu du poids rapidement et j’ai réalisé que plus je m’entraînais, plus je prenais du plaisir. “J’ai 71 ans ! On me dit que je suis trop vieille pour ça”. Elle poursuit : “Parfois, je me demande pourquoi je fais ça, mais les commentaires négatifs sont compensés par les gens qui me disent que je les inspire, et c’est ce qui me pousse à continuer.

Mary a établi plus de 30 records nationaux et mondiaux de l’International Powerlifting Association dans sa catégorie de poids et d’âge.

“Il peut être difficile de se muscler quand on est âgé, mais j’ai adoré voir mes muscles se dessiner au fur et à mesure que je devenais plus forte”, a déclaré Mary. “Même aujourd’hui, des années plus tard, je me vois encore en train de m’améliorer.

Elle ajoute : “Je ne veux pas avoir l’air d’une femme : “Je ne veux pas ressembler à la grand-mère moyenne de 70 ans, car je ne me sens certainement pas comme telle. Je ne pense pas que j’arrêterai un jour la dynamophilie, du moins à moins que ce ne soit absolument nécessaire.


“Même si j’arrête la compétition, je continuerai à m’entraîner et à me maintenir en forme.
Qu’en pensez-vous ? Faites-le nous savoir dans les commentaires et PARTAGEZ cette histoire avec vos amis et votre famille !

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *